L'homme de partout


Drame contemporain
© L'Hexagone, mars 2013




Un écrivain quinquagénaire, couvert d'honneurs, mais désabusé, traîne sa solitude dans un Salon du livre en région éloignée. Vivant en Afrique depuis de nombreuses années, il retrouve les sentiers de son enfance, «froids comme ce printemps qui ressemble à un hiver». De rencontres en retrouvailles, il renoue avec la douleur d'un premier amour traumatisant.

Comment survivre aux sanglots longs de Verlaine lorsque ceux-ci vous rattrapent près de quarante ans plus tard?


« Elle penche brusquement le corps vers moi et pose un baiser sur mes lèvres. Le contact est d'abord un heurt, sec, à la limite de la violence, nos dents s'effleurant, puis la poussée s'ajuste, se fait caresse, un sucré d'hydromel mêlé de saveur sauvagine, une pulpe d'abricot, goût de drupe cueillie à sa maturité, à la fois soyeuse et explosive... Ses longs bras se croisent derrière ma nuque, les miens emprisonnent son dos puis, jambes enchevêtrées, cheveux et salive entre nos bouches, nous basculons sur le lit.

Nous restons ainsi un bon moment, nos langues exprimant sans paroles l'émoi que jettent en nos abîmes la nostalgie de mes automnes et la souillure de son adultère.
»

Les critiques ont dit :


Très bonne plume avec un style affirmé, très direct, très travaillé. [...] Humour décapant.
Sophie Ginoux
CIBL 101,5 Montréal



Camille Bouchard écrit très bien [...].Il en résulte un roman surprenant, que l’on ne peut oublier. L’Homme de partout est assurément l'une des plus belles lectures de cette année ! (****)
Marie-Pierre Laëns
La Bible urbaine



Un très beau roman sur la mémoire. [...] Sans atermoiements inutiles, sans réminiscences ressassées à l'extrême.
Valérie Lessard
Le Devoir


Le lecteur qui ne connaît pas déjà l’auteur, sera conquis [...].
D’un romantisme fou, d’un humour léger et craquant.
Sandra Paré
La Métropole



Ce n’est pas prétentieux pour deux sous. Le récit est fluide. Ça coule, c’est ramassé, concret. Et les dialogues, qui font tiquer parfois chez certains écrivains qu’on admire par ailleurs, sont ici d’un naturel convaincant.
Danielle Laurin
Le Devoir



C’est un court roman mais qui dit beaucoup, écrit avec maestria. Ici Bouchard est à son zénith.
Culture Hebdo


Écrit avec finesse. [...] Voyage intérieur bouleversant. [...] Le résultat est un roman mélancolique (à) l'issue surprenante. (***½)

Josée Lapointe
La Presse



Roman touchant. Belle poésie. Porteur d'espoir, malgré les douleurs.
Madeleine Ross
Radio-Canada



Une écriture précise, travaillée et souple, le récit se déploie en laissant, au passage, quelques frissons.
Josée-Anne Paradis
Le Libraire ; Le choix de la rédaction


L'art de la formule bien tournée. [...] Cette fin qui est belle... [ Un livre] goûteux comme un petit printemps qui s'installe tranquillement.
Patricia Powers
Radio-Canada



Un peu plus de cent pages pour raconter l'essentiel d'une vie ça peut paraître bien peu. Mais quand on trouve les mots justes, quand les découvertes se précipitent et quand les relations interpersonnelles sont intenses, ça fournit les ingrédients suffisants pour décrire si brièvement une belle histoire.
Jacques
Pause Lecture


Une écriture serrée. Dans ce roman, pas d’épisodes inutiles, pas de phrases vaines : rien que l’essentiel.
Richard Raymond
RRarts.ca